Accueil » La Science dans le Coran » Prends garde de ne pas être parmi ceux là : « Le messager dit : Seigneur ! Mon peuple a vraiment délaissé ce Coran. »

Prends garde de ne pas être parmi ceux là : « Le messager dit : Seigneur ! Mon peuple a vraiment délaissé ce Coran. »

Prends garde de ne pas être parmi ceux là

Allah dit dans le Coran

«Et Le messager dit : Seigneur ! Mon peuple a vraiment délaissé ce Coran. »

Sourat AL FURQANE (LE DISCERNEMENT) verset 30

( وقال الرسول يارب إن قومي اتخذوا هذا القرآن مهجورا ( 30 )

سورة الفرقان آية 30

Les formes d’abandon du Coran

Les formes d’abandon du Coran sont multiples :

1 – Ne pas le lire l’écouter, ni croire en lui ou tendre l’oreille vers lui

2 – Ne pas le mettre en pratique, ne pas s’en tenir à ce qu’il considère licite ou illicite, même si on le lit et croit en lui.

3 – Ne pas le prendre comme arbitre et juge en ce qui concerne les fondements de la religion et ce qui en découle. Croire qu’il n’apporte aucune certitude et que ses preuves sont uniquement verbales et n’apporte aucunes sciences.

4 – Ne pas méditer, chercher à le comprendre et à savoir ce qu’à voulu Celui qui l’a prononcé.

5 – Ne pas le prendre comme remède pour l’ensemble des maladies du cœur.

Tout cela s’inscrit dans le cadre de la parole d’Allah :

« Le messager dit : Seigneur ! Mon peuple a vraiment délaissé ce Coran. »

(Sourate Al Furqân verset 30)

Que doit-on faire pour tirer profit du Coran ?

Si tu cherches à bien profiter du Coran, alors :

Il faut que ton cœur soit concentré sur (les versets) que tu récites ou que tu écoutes.

Il faut prêter ton oreille à ceux-ci.

Il faut faire acte de présence en te mettant dans la peau de celui à qui Allah -exalté soit il- s’est adressé directement par le Coran qui constitue Sa vraie parole.

C’est en effet un discours émanant de Lui et adressé à toi par la langue de Son Envoyé -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- ; le Très-Haut a dit :

« En quoi réside un rappel, oui, pour quiconque possède un cœur, tend l’oreille et porte témoignage »

(Sourate 50, verset 37)

Le remède Coranique

Les maladies du cœur dans leur totalité sont soit des maladies dues aux ambiguïtés, soit des maladies dues aux passions, or le Coran est le remède des deux.

Il comporte les arguments explicites et les preuves irréfutables qui permettent de distinguer le vrai du faux et de dissiper ainsi les maladies dues aux ambiguïtés qui corrompent le savoir acquis (par le serviteur), sa conception et sa faculté de perception, de sorte qu’il voit les choses différemment de ce qu’elles sont en réalité

Quant à sa guérison des maladies dues aux passions, c’est en raison de ce qu’il comporte comme sagesses, exhortations inspirant le désir (de la rétribution d’Allâh) et la crainte ( de Son châtiment) et appelant à renoncer aux jouissances de ce bas monde et à aspirer à l’au-delà, et comme paraboles et narrations riches en leçons et éclairs de clairvoyance.

 

La lecture du Coran

La vraie lecture (du Coran) est la lecture du sens et la conformité à lui :

En tenant pour vraies ses informations,

En se soumettant à ses ordres,

En s’interdisant ce qu’il a interdit,

En le prenant pour guide: là où il te conduit, tu te laisses conduire

La lecture du Coran englobe la lecture du mot et du sens.

La lecture du sens est plus noble que la simple lecture du mot, et les gens qui s’intéressent au sens sont ceux qui ont le privilège d’être qualifiés de gens du Coran (ahl al qur’ân), c’est à dire des gens qui sont loués dans ce monde et dans l’au-delà. Ils sont vraiment des gens de la lecture et de la conformité.

quran 720 2

Prends garde de ne pas être parmi ceux là : « Le messager dit : Seigneur ! Mon peuple a vraiment délaissé ce Coran. »
4.8 (96%) 10 votes

laissez un commentaire

commentaire

À propos veritedroiture