Accueil » Adoration » Le Ramadan mois du jeûne pour les musulmans

Le Ramadan mois du jeûne pour les musulmans

Le Ramadan mois du jeûne pour les musulmans

Ramaḍān (رمضان, en français « Ramadan ») est le nom du neuvième mois du calendrier musulman. Le jeûne (صيام ṣiyām ou صوم ṣawm) durant tout ce mois constitue l’un des cinq piliers de l’islam.

 

Le jeûne consiste à s’abstenir de boire, manger, fumer et avoir des relations sexuelles de l’aube jusqu’au coucher du soleil :

« Mangez et buvez jusqu’à ce que l’on puisse distinguer à l’aube un fil blanc d’un fil noir. Jeûnez, ensuite, jusqu’à la nuit. » (S.2-V.187)

Il convient de bien insister sur un point : une journée à jeûner commence à l’aube et non pas au lever du soleil comme on peut parfois le lire ou l’entendre.

Ajoutons aussi que le concept de jeûne en islam va bien au-delà des privations physiques, il vise aussi les mauvais penchants de l’âme : jeûner c’est aussi ne pas mentir, médire, être malhonnête, porter des regards concupiscents, etc.

Tous ces travers et bien d’autres  sont condamnables en temps normal, mais ils le sont davantage en période de jeûne.

Les musulmans ayant atteint l’âge de la puberté sont concernés par cette pratique :

« Ô vous qui croyez ! Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit aux générations qui vous ont précédés – Peut-être craindrez-vous Dieu – » (S.2-V.183)

Toutefois, les personnes malades, les voyageurs parcourant de longues distances, les femmes qui allaitent, celles qui sont enceintes ou qui ont leurs règles peuvent en être dispensés :

« Quiconque d’entre vous, verra la nouvelle lune jeûnera le mois entier. Celui qui est malade ou celui qui voyage jeûnera ensuite le même nombre de jours. Dieu veut la facilité pour vous, il ne veut pas, pour vous, la contrainte. » (S.2-V.185)

Ainsi, les jours manqués peuvent être « rattrapés ». Si une personne ne peut jeûner, même ultérieurement, par exemple à cause de la vieillesse ou d’une maladie chronique, elle peut, pour chaque jour à récupérer, offrir un repas à un nécessiteux. La législation en matière de jeûne est donc flexible et tient compte des conditions de chaque individu.

Par ailleurs, ne pas observer le jeûne du Ramadan sans motif valable est considéré comme un péché. Toutefois, le Coran et la tradition prophétique (la sunna) ne prévoient, d’un point de vue législatif, aucune sanction : nul ne peut être contraint à jeûner, car cette pratique, comme tout acte religieux, est une affaire privée entre Dieu et l’individu.

Le Ramadan mois du jeûne pour les musulmans

Le terme « Ramadan » est mentionné une seule fois dans le texte coranique  et les règles du jeûne sont définies dans quatre versets : les n° 183 à 185 ainsi que le n° 187 de la sourate n° 2 « La Vache » (البقرة, ʾal-Baqara).

Pour les musulmans, la révélation du Coran a eu lieu durant ce mois :

« C’est en ce mois de Ramadan que le Coran a été révélé pour guider les hommes. » (S.2-V.185)

Plus précisément, la « descente » du Livre sacré s’est déroulée durant la « Nuit du Décret »  (ليلة القدر, laylat ʾal-qadr) :

« Oui, nous [Dieu] l’avons fait descendre [le Coran] durant la Nuit du Décret. » (S.97-V.1)

De nombreux ʾaḥadīṯ (pluriel de ḥadīṯ, « propos du Prophète de l’islam ») évoquent le Ramadan et le caractère méritoire du jeûne :

« Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant une récompense [de la part de Dieu] verra ses fautes antérieurs pardonnées. »

« A la venue du mois de Ramadan, les portes du paradis sont ouvertes et les portes de l’enfer sont fermées […] »

En islam, les dates de tous les événements religieux (les deux fêtes religieuses, le pèlerinage, Ramadan, etc.) sont déterminées grâce à un calendrier lunaire. Pour plus de détails, nous vous recommandons l’article Le calendrier musulman.

L’observation (ou pas) de la nouvelle lune a lieu le soir du 29e jour de chaque mois lunaire. Elle est appelée « nuit du doute » (ليلة الشك, laylatʾaš-šak). Dans le cas du Ramadan, qui est, rappelons-le, le neuvième mois :

  • Le début du jeûne est fixé par une observation effectuée le 29 Šaʿbān (شعبان, huitième mois) pour savoir si le jour qui suit est le 30 Šaʿbān ou le 1er Ramadan.
  • La fin du jeûne est connue grâce à une observation qui se déroule le 29 Ramadan pour savoir si le jour suivant est le 30 Ramadan ou le 1er Šawwāl (شوال‏, dixième mois).

Ces dates avancent chaque année d’environ 11 jours. Cela s’explique par l’écart entre l’année lunaire (environ 354 jours) et l’année solaire (environ 365 jours). Conséquence : le Ramadan « parcourt » les quatre saisons environ tous les 33 ans !

Si on considère qu’un fidèle commence à jeûner vers 10 à 13 ans (l’âge de boulough ou taklif , la puberté) et si on se base sur une espérance de vie moyenne de 80 ans.(ce qui fait 70 à 67 ans de jêune) Ainsi, tout au long de sa vie, un musulman verra le mois du Ramadan parcourir deux fois le cycle des saisons !

Le jeûne du mois de Ramadan invite à la patience, à l’endurance et au dépassement de soi. Par ailleurs, l’épreuve de la soif et de la faim est une sensibilisation aux difficultés éprouvées par les pauvres et les nécessiteux, qui souvent ne mangent pas à leur faim durant toute l’année.

Le jeûne devient ainsi un facteur de cohésion sociale : il appelle à l’entraide et encourage les élans de solidarité. Notons aussi que l’ʾiftār (إفطار, « rupture du jeûne ») et le suḥūr (سحور, un repas léger pris avant l’aube) contribuent à la cohésion familiale : ce sont des moments festifs qui réunissent toute la famille autour d’un repas.

Par ailleurs, ce mois représente pour les fidèles une formidable opportunité pour affermir leur foi et pour se ressourcer spirituellement. A ce titre, la récitation ou la lecture du texte coranique est particulièrement recommandée, de même que « la prière des tarāwīḥ » (صلاة التراويح), une prière quotidienne pratiquée collectivement la nuit.

Le Ramadan est aussi l’occasion pour de nombreux musulmans de partir à la Mecque pour effectuer une ʿumra (عمرة), une forme de pèlerinage qu’on peut faire à n’importe quel moment de l’année mais dont la pratique est hautement méritoire en ce mois particulier.

Certaines mauvaises pratiques sont toutefois à relever. On peut citer :

  • Jeûne en « mode chauve-souris » : autrement dit, dormir la journée et vivre la nuit ! Ce comportement, qui est dû à la paresse, vide le Ramadan de son sens religieux et spirituel.
  • Frénésie d’achat : certaines personnes ayant « les yeux plus gros que le ventre » consomment et mangent plus que de raison versant ainsi dans l’excès et le gaspillage.
  • Hausse des prix des denrées alimentaires : c’est une conséquence directe de la frénésie d’achat et de la loi de l’offre et de la demande. Ainsi, face à la ruée des consommateurs, de nombreux marchands peu scrupuleux n’hésitent pas à augmenter les prix de leurs produits pénalisant ainsi les ménages à faible revenu.
  • Détermination des dates de début et de fin du Ramadan : le sempiternel débat entre les partisans de l’observation de la nouvelle à l’œil nu et ceux du calcul astronomique crée tous les ans (ou presque) des polémiques qui sèment la confusion et la discorde.

Ces phénomènes ne sont malheureusement pas marginaux mais concernent une grande frange des populations musulmanes. Mais malgré ces points négatifs, il n’en demeure pas que le mois de Ramadan est un véritable moment de joie et qu’il accueilli chaque année par la plupart des musulmans avec ferveur et enthousiasme.

La fin du Ramadan célébrée par une fête

Après 29 ou 30 jours, le jeûne du Ramadan prend fin avec l’Aïd al-Fitr (عيد الفطر, littéralement « la fête de la rupture du jeûne »), l’une des deux principales fêtes de l’islam. Elle est célébrée le 1er jour de Šawwāl (شوال‏), le dixième mois du calendrier musulman.

Il est à noter que durant ce mois (celui de Šawwāl) de nombreux fidèles pratiquent un jeûne surérogatoire – c’est-à-dire optionnel – de 6 jours (qui peuvent être groupés ou séparés). Cette pratique est recommandée par un célèbre propos du prophète de l’islam :

« Celui qui observe le jeûne du Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Šawwāl est comme quelqu’un qui a jeûné tout le temps ! »

Explication : en islam, la sanction divine d’une mauvaise action est celle d’une seule mauvaise action tandis que la récompense divine d’une bonne action est multipliée par dix ! Pour les musulmans, cette règle reflète la miséricorde et la magnanimité de Dieu :

« Celui qui se présentera avec une bonne action recevra en récompense [de la part de Dieu] dix fois autant. Celui qui se présentera avec une mauvaise action ne sera rétribué [par Dieu] que par quelque chose d’équivalent. Personne ne sera lésé. » (S.6-V.160)

En jeûnant 30 jours au mois de Ramadan et 6 jours au mois de Šawwāl, on obtient un total 36 jours qui, multipliés par 10 (le jeûne est une bonne action) donneront 36 x 10 = 360 jours, soit l’équivalent d’une année lunaire ! Ainsi, celui qui observe cette pratique tous les ans est considéré comme ayant jeûné toute sa vie ! CQFD.

Horaires du jeûne – Ramadan 2016

Pour les musulmans  résidents ou de passage en France, sur cette page les horaires de prières . Ces horaires peuvent être utilisés pour le mois du Ramadan : les jours à jeûner commencent à l’aube (imsak 15 minutes avant la prière de Fajr) et prennent fin au coucher du soleil (prière du Maghrib).

Le Ramadan mois du jeûne pour les musulmans

Le Ramadan mois du jeûne pour les musulmans
Rate this post /noter cette page/ نقطة لهذه الصفحة

laissez un commentaire

commentaire

À propos veritedroiture