Accueil » Adoration » Calendrier islamique ou Calendrier Hijri ou héjir

Calendrier islamique ou Calendrier Hijri ou héjir

Calendrier islamique ou Calendrier Hijri ou héjir

Globalement, les calendriers peuvent êtres classés en trois catégories :

  • Calendrier solaire : il est basé sur la révolution du soleil. L’exemple le plus célèbre est le calendrier grégorien : l’année compte environ 365 jours répartis en 12 mois.
  • Calendrier lunaire : il est basé sur le cycle de la lune. Une année lunaire comporte environ 354 jours répartis en 12 mois.
  • Calendrier luni-solaire : il tient compte à la fois du cycle de la lune et de celui du soleil. Il comporte 12 ou 13 mois selon les années. Explication : l’année purement lunaire compte environ 11 jours de moins qu’une année solaire (365 moins 354). Au bout d’environ 3 ans, on se retrouve donc avec un décalage d’un mois. L’ajout, quand c’est nécessaire, d’un 13e mois lunaire (appelé mois intercalaire) permet de corriger ce décalage. Le calendrier hébraïque est un exemple de calendrier luni-solaire.

En ce qui concerne le calendrier musulman, il appartient au deuxième groupe : c’est un calendrier purement lunaire. Plusieurs versets du Coran font référence à ce système  :

« C’est lui [Dieu] qui a fait du soleil une clarté et de la lune, une lumière. Il en a déterminé les phases afin que vous connaissiez le nombre des années et le calcul du temps. » (S.10-V.5)

« Ils t’intérrogent [Muḥammad] au sujet des nouvelles lunes. Dis ‘‘Ce sont des jalons du temps à l’usages des hommes, et pour le pèlerinage’’. » (S.2-V.189)

« Quiconque d’entre vous, verra la nouvelle lune jeûnera le mois [de Ramadan] entier. » (S.2-V.185)

Calendrier islamique ou Calendrier Hijri ou héjir

Les 12 mois de ce Calendrier islamique ou Calendrier Hijri ou héjir , sont listés ci-dessous. Chacun d’entre eux compte 29 ou 30 jours.

  1. Muḥarram (محرم) : premier mois du calendrier musulman. Il fait partie des quatre « mois sacrés ». Le 1 er Muḥarram marque le début de l’année, le 10 le jour de ʿĀšūrāʾ (عاشوراء).
  2. Ṣafar (صفر) : deuxième mois du calendrier musulman.
  3. Rabīʿ ʾal-awwal (ربيع الأول‏, littéralement « premier printemps ») : troisième mois du calendrier musulman.
  4. Rabīʿ ʾaṯ-ṯānī (ربيع الثاني, littéralement « deuxième printemps ») : quatrième mois du calendrier musulman. Il porte aussi le nom de Rabīʿ ʾal-ʾāẖir (ربيع الآخر, littéralement « dernier printemps »).
  5. Jumādā ʾal-ʾūlā (جمادى الأولى) : cinquième mois du calendrier musulman.
  6. Jumādā ʾaṯ-ṯāniya (جمادى الثانية) : sixième mois du calendrier musulman. Il porte aussi le nom de Ğumādā ʾal-ʾāẖira (جمادى الآخرة).
  7. Rajab (رجب) : septième mois du calendrier musulman. Il fait partie des quatre « mois sacrés ».
  8. Shaʿbān (شعبان) : huitième mois du calendrier musulman.
  9. Ramaḍān (رمضان) : neuvième mois du calendrier musulman. Étymologiquement, son nom fait référence aux « grandes chaleurs ». Le jeûne de ce mois constitue l’un des cinq piliers de l’islam.
  10. Shawwāl (شوال‏) : dixième mois du calendrier musulman. ʿĪd ʾal-fitr (عيد الفطر, littéralement « la fête de la rupture du jeûne ») est célébré le 1 er Šawwāl.
  11. Ḏū ʾal-Qiʿda (ذو القعدة‏) : onzième mois du calendrier musulman. Il fait partie des quatre « mois sacrés ».
  12. Ḏū ʾal-Ḥijja (ذو الحجة‏, littéralement « [mois] au pèlerinage ») : douzième et dernier mois du calendrier musulman. Il est marqué par le pèlerinage à la Mecque. La plus importante fête religieuse de l’islam : ʿĪd ʾal-ʾaḍḥā (عيد الأضحى, littéralement « la fête du sacrifice ») est célébrée le 10 de ce mois. Ḏū ʾal-Ḥiǧǧa fait partie des quatre « mois sacrés ».

Rappelons qu’un calendrier purement lunaire n’est basé sur le cycle du soleil, il est donc « déconnecté » des quatre saisons. Il est cependant intéressant de noter que certains mois de la liste ci-dessus font référence à ces saisons : le printemps (3 e et 7 e mois), l’été (9 e mois), etc.

Concernant les « mois sacrés » (الأشهر الحرم, ʾal-ʾašhur ʾal-ḥurum), ils sont – comme on peut le constater plus haut – au nombre de quatre : un qui est seul (le 7 e) et trois qui sont consécutifs (le 1 er, le 11 e et le 12 e).

Durant ces quatre mois, les tribus arabes – et cela bien avant l’avènement de la religion musulmane – observaient une trêve générale où tout combat était interdit. Cette trêve avait pour but d’assurer un climat de sécurité et de paix nécessaire pour les relations commerciales intertribales et pour le pèlerinage préislamique à la Mecque. L’islam a perpétué cette tradition :

« Oui, le nombre des mois, pour Dieu, est de douze mois […] quatre d’entre eux sont sacrés. » (S.9-V.36)

Calendrier islamique ou Calendrier Hijri ou héjir

Dans le calendrier musulman, la semaine comporte 7 jours :

  1. ʾAl-ʾaḥad (الأحد, étymologiquement « un ») : dimanche.
  2. ʾAl-ʾiṯnayn (الإثنين, étymologiquement « deux ») : lundi.
  3. ʾAṯ-ṯulāṯāʾ (الثلاثاء, étymologiquement « trois ») : mardi.
  4. ʾAl-ʾarbiʿāʾ (الأربعاء, étymologiquement « quatre ») : mercredi.
  5. ʾAl-ẖamīs (الخميس, étymologiquement « cinq ») : jeudi.
  6. ʾAl-ǧumuʿa (الجمعة, étymologiquement « rassemblement ») : vendredi. C’est le jour où se tient la « prière du vendredi » (صلاة الجمعة, ṣalāt ʾal-ǧumuʿa). ʾAl-ǧumuʿa est aussi le titre de la sourate n° 62.
  7. ʾAs-abt (السبت, étymologiquement « repos ») : samedi.

Il est important de noter que l’islam a, d’une manière générale, conservé le calendrier déjà en vigueur en Arabie préislamique : mêmes nombre et noms des mois et des jours, mêmes mois sacrés (au nombre de quatre), etc. Deux modifications majeures sont toutefois à signaler.

La première concerne le « mois intercalaire ». Avant l’avènement de l’islam, les tribus arabes utilisaient un calendrier luni-solaire basé sur l’ajout d’un 13e mois qui était parfois considéré comme un mois sacré et parfois non. Et, rappelons-le, tout combat était interdit durant les mois sacrés.

Or, le choix de la sacralité ou non du mois supplémentaire obéissait le plus souvent à des contraintes géopolitiques (préparation d’une bataille, nécessité d’une trêve, etc.) donnant lieu ainsi à des dérives : les quatre vrais mois sacrés n’étaient plus respectés car ils étaient avancés ou retardés.

Le Coran mit fin à cette pratique. Désormais, l’année comptera rigoureusement 12 mois, c’est donc un calendrier purement lunaire :

« Oui, le nombre des mois, pour Dieu, est de douze mois […] quatre d’entre eux sont sacrés. » (S.9-V.36)

« Le mois intercalaire n’est qu’un surcroît d’infidélité ; les incrédules s’égarent ainsi : ils le déclarent non sacré, une année, puis, l’année suivante, ils le déclarent sacré ; afin de retomber juste sur le nombre de mois que Dieu a déclarés sacrés. Ils rendent ainsi non sacré se que Dieu a rendu sacré. » (S.9-V.37)

Le deuxième changement concerne la fixation d’un « point de départ ». Sous le règne du deuxième calife Omar Ibn al-Khattab (عمر بن الخطاب) il a été décidé que le calendrier de l’islam commencerait l’année durant laquelle s’est déroulée la « hiǧra » (هجرة) de Muḥammad, c’est-à-dire son « émigration » de la Mecque à Médine. Or, cet événement (l’hégire) a eu lieu en septembre 622. Le 1er Muḥarram de cette année coïncidait avec le 16 juillet 622 : c’est le point de départ du calendrier musulman appelé aussi calendrier hégirien.

En termes de notation, la référence à ce calendrier est indiqué avec les abréviations « H » (comme Hégirien) ou encore « A.H » (en latin Anno Hegirae). Exemples :

  • Le 1er Muḥarram 1 H correspond, comme on l’a dit plus haut, au 16 juillet 622.
  • Le 10 Ṣafar 1437 A.H correspond au 22 novembre 2015.

La majorité des musulmans sont réticents à faire appel aux calculs astronomiques pour établir leur calendrier. L’observation à l’œil nu de la nouvelle lune demeure la méthode privilégiée.

Cette observation a lieu le soir du 29e jour de chaque mois. Elle est appelée « nuit du doute » (ليلة الشك, laylatʾaš-šak). Dans le cas du Ramadan , qui est, rappelons-le, le neuvième mois :

  • Le début du jeûne est fixé par une observation effectuée le 29 Šaʿbān (شعبان, huitième mois) pour savoir si le jour qui suit est le 30 Šaʿbān ou le 1er Ramadan.
  • La fin du jeûne est connue grâce à une observation qui se déroule le 29 Ramadan pour savoir si le jour suivant est le 30 Ramadan ou le 1er Šawwāl (شوال‏, dixième mois).

Signalons aussi que l’apparition (ou non) de la nouvelle lune dépend du point d’observation. Ainsi, il n’est pas surprenant de constater un écart d’un ou de deux jours entre tel ou tel pays.

En comparaison au calendrier grégorien, le calendrier musulman présente un inconvénient et un avantage :

  • Inconvénient : on le conçoit aisément, le calendrier hégirien ne peut répondre aux besoins de la vie courante car il est « imprévisible ». Il est aussi déconnecté des saisons, donc inadapté pour l’agriculture. Il n’est utilisé que pour les événements religieux et l’immense majorité des pays musulmans lui préfère le calendrier grégorien.
  • Avantage : pour le jeûne du Ramadan, le calendrier hégirien est plus équitable et permet d’établir une forme de justice. Explication : la date du Ramadan avance tous les ans d’environ 11 jours par rapport au calendrier solaire. Le Ramadan « parcourt » ainsi les quatre saisons, chose impossible avec le calendrier grégorien dont les dates sont fixes par rapport aux saisons. A titre d’exemple, si le Ramadan coïncidait toujours avec le mois de juin, les musulmans résidant dans l’hémisphère nord jeûneraient toujours en plein été avec des jours longs et chauds, alors que ceux qui habitent dans l’hémisphère sud jeûneraient toujours en plein hiver avec des jours courts.
Calendrier islamique ou Calendrier Hijri ou héjir
4 (80%) 1 vote

laissez un commentaire

commentaire

À propos veritedroiture